fr / eng

>> télécharger le livret "Le Tiret"

>> invitation du 13 septembre

Le Tiret
Sculpture, livret et rencontres publiques

Triennale Bex & Arts 2020
22.6.–18.10.2020

Conçue pour la Triennale Bex & Arts, cette sculpture se présente comme l’inscription d’un signe typographique dans le paysage : un simple tiret taillé dans une pierre de granit des Alpes, que l'on peut découvrir au parc Szilassy.

Ce geste procède d’un hommage à la romancière romande Alice Rivaz (1901 - 1998), pour qui le tiret sur nos tombes, qui sépare les dates de naissance et de mort, revêtait un sens particulier qu’elle évoque dans plusieurs de ses nouvelles. Sensé contenir tout notre vie, le tiret est pourtant illisible et ne dit plus rien de la richesse des expériences et des relations qui composaient notre existence. Au delà, il traduit toute la tension entre le point d’entrée et de sortie, entre une époque et une autre, que nos différents parcours de vie nous conduisent à traverser. Ce mouvement parfois douloureux est fait d’une succession de couches, épaisses, que l’on doit percer – et celles-ci parlent autant de la condition des femmes de son époque que du sort des humbles, des déraciné.e.s, de celles et ceux qui passent à côté de leur destin et à qui Alice Rivaz tente de donner une voix.

La sculpture est accompagnée d'un livret de 44 pages comprenant des fragments d'entretien avec des spécialistes de l'œuvre de Rivaz. Disponible à la buvette de la Triennale, il peut également être acheté en librairie* ou téléchargé sur ce site.

Le 13 septembre 2020, la sculpture servira de banc pour accueillir une journée de rencontre et de lectures autour d'Alice Rivaz:
13h30 – 15h Rencontre avec des membres du comité de l’Association A.Rivaz
16h30 –18h L’assemblée des lecteurs-trices (session de lectures participatives sur inscription: retro.project@yahoo.fr)

La tombe d'Alice Rivaz au cimetière des Rois, à Genève
Esquisse de la sculpture, d'après le tiret de la tombe de Rivaz
La sculpture "Le Tiret", réalisée par l'atelier Cal-AS Photographie de Jacques Betant

Alice Rivaz : une écriture des aspirations inaccomplies, laissant entrevoir d’autres devenirs possibles

Dans ses romans et nouvelles, Alice Rivaz s’était résolument détournée des grandes figures et des grands événements de l’Histoire pour prêter attention à l’inachevé de la vie, aux récits et aspirations des sans-voix. Son engagement remarqué pour les droits des femmes et la dignité des plus humbles ne passait pas par une approche théorique ou surplombante, mais par une écriture au plus proche des êtres et de leur parcours de vie. Reconnue comme une romancière majeure de la littérature romande, pionnière de l’engagement féministe dans la littérature francophone (son roman La Paix des Ruches, publié à Paris en 1947, précède de deux ans Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir), elle occupe aujourd’hui néanmoins une place encore étonnamment discrète dans la mémoire collective, dont témoigne la facture modeste de sa tombe au cimetière des Rois à Genève.

Conçue sur la base d’un moulage du véritable tiret de la tombe d’Alice Rivaz, cette sculpture se propose de reprendre un motif récurent dans l’œuvre de la romancière (notamment dans ses nouvelles "Une Marthe" en 1944 et "La Bonne" en 1986) et de lui conférer une dimension qui assumerait enfin – et en guise d’hommage – un véritable statut de momument. Un monument qui ne conçoit pas sa portée uniquement en tant que symbole, mais plutôt comme une image de pensée que nous aurait léguée Alice Rivaz, qu’il s’agit de faire travailler dans cette époque qui est la nôtre, tiraillée entre des héritages à re-penser et des avenirs à ré-écrire. Le tiret devient alors un abri, une plateforme ou un simple banc, afin d’accueillir une série de rencontres, entretiens et séances de lecture avec des écrivain.e.s, philosophes, éducateurs. trices, musicien.ne.s, militant.e.s, performers, et autres actrices et acteurs et engagé.e.s dans la défenses des causes chères à la romancière.

Initiée lors de la Triennale Bex & Arts 2020, cette démarche se poursuivra dès 2021 à la Villa Bernasconi, qui accueillera la sculpture dans un parc du Grand-Lancy (Genève) et poursuivra le programme de rencontres sur un format annuel.

Une coproduction de la Triennale Bex & Arts et de la Villa Bernasconi
Avec le soutien de la Ville de Genève, de la Ville de Lancy et de la société Ongaro & Co S.A.

Sculpture conçue par Aurélien Gamboni et réalisée par Vincent Du Bois de l'atelier Cal-AS

Livret mis en page par Schaffter Sahli, et imprimé à 800 exemplaires chez Noir sur Noir, Genève
* Disponible dans les librairies suivantes au prix de 8 CHF: Le Rameau d'Or, Nouvelles Pages, La Dispersion, Librairie du Boulevard (Genève), La Méridienne (La Chaux-de-Fonds)

>>
>